Article coécrit par :
Martine Chanier, MBA conseillère en management,
Présidente d’Agora Ressources d’affaires et ses partenaires
Michel Carney, conseiller en management
Jean Picard, CPA, CA

Qu’est-ce qu’une planification dite Stratégique? Est-ce différent d’une réflexion stratégique?

Nous nous appuyons sur l’école de pensée de Henry Mintzberg, universitaire canadien en sciences de la gestion et auteur prolifique d’ouvrages de management, notamment sur la planification stratégique, pour aborder ce point. Au cours de l’histoire du management la pensée stratégique a évolué.Nous nous appuyons sur l’école de pensée de Henry Mintzberg, un universitaire canadien en sciences de la gestion et auteur prolifique d’ouvrages de management, notamment sur la planification stratégique, pour aborder ce point. Au cours de l’histoire du management la pensée stratégique a évolué.

Au début du siècle précédent, la planification stratégique était plus analytique et prévoyante à long terme alors qu’elle devient au 21e siècle plus contextuelle et flexible. D’ailleurs comme le souligne Mintzberg, il y a une dualité dans le mot planification stratégique, où le mot planification fige les actions dans un calendrier tandis que la pensée stratégique est ouverte aux nombreuses variations possibles de l’environnement (social, économique, commercial, politique et durable).

Notre monde change vite et devient difficilement prévisible. Cette nouvelle donne demande aux entreprises d’être suffisamment flexibles pour pouvoir s’ajuster aux changements majeurs de leur environnement. Dans ce cas, la réflexion qui est la partie créative de la démarche stratégique est préalable à la partie planification et très importante. La planification s’appuie sur une méthode analytique, qui vise le consensus et qui est plus conventionnelle. On ne peut cependant pas penser que la réflexion est distincte de la partie analytique qu’est la planification. En effet, il s’agit plus de prendre en compte les deux modes de pensée et d’en obtenir une synthèse pour avoir une lecture correcte de la situation.

Réflexion et planification stratégiques

La réflexion stratégique se met en posture de penser le devenir de l’organisme (ou des entreprises et institutions) pour s’adapter aux changements. La réflexion se projette dans le futur. Pour que cette réflexion prenne en compte différents points de vue et qu’elle soit mobilisatrice, on fera participer certaines de ses parties prenantes (employés, clients, partenaires, bénévoles, membres…). La direction peut choisir de créer un comité de réflexion stratégique avec des membres du conseil d’administration, des responsables et des partenaires. Le niveau de participation peut varier selon le contexte et les enjeux du moment présent. L’ancrage de cette réflexion s’appuie sur le contexte dans lequel évolue l’entreprise. On mêlera une dose de démarche réflexive, intuitive et créative, additionnée d’une dose de démarche analytique pour arriver à une synthèse réaliste. On récapitulera le portrait de l’évolution de l’entreprise, la prise en compte des tendances et des nouvelles données, la revue des environnements interne et externe. Il sera nécessaire pour l’organisme de garder ce portrait en mémoire, notamment pour déceler à quel stade de son cycle de vie, se trouve l’organisme. Est-il au début avec une nouvelle mission? Est-il plus mature et doit-il changer son rôle? Doit-il se renouveler sous peine de disparaître? Quels sont les enjeux primordiaux pour les trois prochaines années? Les données recueillies aideront le conseil d’administration à comprendre à quel stade se trouve l’organisme et à agir avec synchronicité avec l’environnement pour procéder à une bonne analyse et choisir les nouvelles orientations stratégiques.

Le coffre à outils

Il existe de nombreux outils que vos conseillers en management sauront utiliser pour s’adapter à votre situation, car il serait illusoire que de croire qu’une recette unique s’applique à toute organisation. La planification stratégique accordera un soin particulier aux actions qui permettront de répondre aux différents enjeux identifiés. La méthode utilisée sera plus analytique en faisant des liens entre les données, entre les fonctions de l’organisme, entre les postes budgétaires, entre les ressources et la réalisation des projets… Lors de la planification, on privilégiera le consensus au niveau de l’équipe de travail et à l’égard de ceux qui la mettront en œuvre. Les éléments d’actions seront suivis de façon conventionnelle avec un intitulé d’action, de responsable, une échéance, un budget et un indicateur de performance pour chaque objectif stratégique. La planification prévoit les actions pour y arriver selon un calendrier et un budget.
Dans la réalité, compte tenu des possibles changements, on veillera au réajustement des éléments de la planification stratégique afin de prendre en compte les variations de certains facteurs. 

Conclusion

la planification stratégique constitue un agrégat de pensées stratégiques, de prises de décisions sur les grandes orientations triennales ou quinquennales et de planification des moyens pour y arriver. Le tout traduisant, de façon claire et précise, la feuille de route de l’entreprise pour son futur. Cependant dans un environnement changeant, il faudra revisiter à l’année ou aux semestres, l’évolution de l’ensemble par rapport au milieu environnant.

Texte publié en novembre 2018 pour le Regroupement loisir sport Québec (RLSQ)

 

CAPSULE VITAMINÉE

La clé la plus importante pour atteindre un grand succès, c’est de décider de ses buts, se lancer, commencer, prendre des actions, bouger.

Brian Tracy

Martine Chanier, M.B.A.
Conseillère en management des entreprises
www.agora-ressources.com