Le co-développement, selon le modèle d’Adrien Payette et de Claude Champagne, est un outil de développement collaboratif pour des petits groupes. Certains animateurs préfèrent des petits groupes de 4 à 5 personnes. Personnellement, j’aime bien un groupe de 8 à 12 personnes. Visionnez la présentation codéveloppement

Dans l’article du 19 mai 2009 qui paraissait sur ce même blog, je mentionnais certains avantages ou bénéfices pour les gestionnaires et cadres.

Plusieurs adaptations peuvent avoir lieu, en entreprise, selon les besoins du groupe, de l’organisation ou le but recherché. Dans certains cas, lors de chaque session, un nouveau participant apporte sa problématique. Dans d’autres cas les problématiques sont communes et sont apportées par les participants qui participent au diagnostic de la problématique. Dans d’autres cas, la présence des participants au groupe à chaque session n’est pas requise. Bien entendu, selon les objectifs recherchés, on priviligiera une méthode plus rigide avec des groupes stables, pour renforcer l’esprit d’équipe, créer des liens de confiances forts, développer l’identité professionnelle et faire grandir le groupe. Dans d’autre cas, on préfèrera une formule plus légère car les personnes sont peu en relation, leurs problématiques sont très différentes et elles n’ont pas beaucoup de temps disponible pour la formation.

Un groupe de co-développement, ne s’apparente pas à un groupe de résolution de solutions. On s’intéresse à l’acteur et sa problématique plutôt que de rechercher sous pression une solution d’expert. Il s’agit d’une pensée réflexive, d’une recherche de solutions ou de réflexion pour mieux faire son choix.

L’animateur joue plusieurs rôles: celui d’animateur, de conseiller, de modérateur. Il garanti le bon fonctionnement du processus et s’assure que les participants vivent l’expérience du co-développement.

Un groupe de co-développement renforce les liens entre les participants, améliore le climat de travail, permet de s’enrichir du point de vue de chacun et incite à l’action. Le groupe de co-développement permet d’explorer trois des fenêtres de Johari: la zone publique, connue par les autres, la zone cachée, connue seulement par soi et la zone aveugle que les autres voient et que nous ne voyons pas.

C’est une méthode avantageuse pour bien s’entendre au travail et être plus créatifs.

À noter cependant qu’un tel groupe se gère très facilement avec un animateur externe à l’organisation. En effet, son regard paraitra plus neutre et il pourra créer facilement un contexte favorable à la tenue d’une véritable expérience de co-développemnnt.

Pour plus d’information, appelez au 514-342-4268. Faites-nous part de vos questions, commentaires ou suggestion.

Martine Chanier, MBA

Animatrice de groupes de co-développement.

514-342-4268.