Le groupe de co-développement : une solution d’équipe puissante

Il est fréquent de constater dans des équipes de travail que la collaboration est altérée par des <egos forts>, de la compétition, des frustrations… ce qui nuit aux relations interpersonnelles et aux résultats attendus.

Savez-vous que les groupes de co-développement peuvent venir au secours des gestionnaires, des chargés de projets, des coachs?

Pourquoi et comment ?
Le processus des groupes de co-développement permet de comprendre les problématiques à aborder et de laisser un espace pour  saisir les forces de chacun dans le groupe tout en encadrant les bonnes communications dans l’équipe. Ceci se fait par un processus de feed-back entre le <client> (celui qui soumet la problématique] et les <conseillers> (ceux qui aident, suggèrent ou donnent leurs avis].

Dans ma pratique professionnelle, je développe le modèle d’Adrien Payette et Claude Champagne.  Leur livre <le Groupe de co-développement> aux éditions Presses de l’université du Québec donne de précieux conseils. Cependant, je suggère  que l’expérience se transmette par des personnes qui ont participé au moins à un cycle complet d’un groupe.  

 J’aimerais aussi souligner deux bénéfices tangibles des groupes de co-développement:

  • Le dépassement de notre limite présente:
    Il arrive toujours un moment où nous atteignons une limite dans notre cheminement et dès que nous la soumettons à d’autres, alors nous nous donnons l’opportunité de la dépasser, de la résoudre sous des angles que nous n’avions pas soupçonnés auparavant et cela dégage une ouverture et de nouvelles avenues à explorer. Plusieurs têtes pensantes valent mieux qu’une seule !
  • Etre clair: la clarification d’une problématique est nécessaire autant pour celui qui soumet la problématique, que pour celui qui souhaite y répondre. Lors des réunions, <les brouillards> se dissipent, cela vaut de l’or !

Au-delà du processus, il y a un bagage d’expériences à saisir pour pouvoir générer une mise en action efficace de ces groupes en entreprise.

En effet, prenons l’exemple d’un groupe de 12 participants. A chaque session, une personne différente sera <la cliente> et au bout de 12 séances, le premier cycle sera terminé.

Pour le gestionnaire ou le cadre qui souhaite animer un groupe de co-développement dans son équipe, je lui suggère de pratiquer l’animation dans un groupe dans lequel il est participant. Sinon, il peut apprendre en faisant appel à une ressource qualifiée qui l’accompagnera.

Si vous voulez relever des défis plus grands avec votre équipe ou si elle éprouve de la difficulté à communiquer puissamment, à se comprendre, à tenir les délais, à s’appuyer sur les forces de ses membres, n’hésitez pas à appeler un conseiller qui vous aidera à co-développer votre équipe.

N’hésitez pas à communiquer avec moi pour toute information à ce sujet.

Si vous souhaitez enrichir ce texte d’exemples ou suggérer des solutions, sentez-vous libres de participer à ce blog.

Pour  travailler mieux ensemble
Votre partenaire clé en management

Martine Chanier
Conseillère en management, Coach et formatrice
Tél.: +1-514-342-4268