Le Stress, danger de mort au travail! Apprenons à bien gérer les employés

A l’heure où l’actualité en France nous interpelle sur des employés qui sont grandement victimes de leur travail (suivre France Télécom suicides, encore 2 victimes, le 12 février 2010), je m’interroge sur les causes du stress au travail et les façons simples de les éviter.

Certains employés de grandes et moyennes compagnies restent salariés chez le même employeur sans passion, sans entrevoir de reconnaissance, ni apprécier leur travail. Ils attendent calmement de <faire leurs heures de travail> pour se consacrer à leurs loisirs hors temps de travail pour certains survivants de ses boulots. Pour d’autres, ils avancent devant un mur… d’incompréhension, de mal être, de mal vivre…

Certains employés traversent des périodes d’incertitudes où leur entreprise est restructurée, rachetée, où la surcharge de travail les conduits au surmenage (burnout), à la faute professionnelle, au mal-être au travail.

Bien souvent, la personne concernée attend avant de demander de l’aide. Plusieurs facteurs de management sont aggravants ou peuvent être déclencheurs d’un point de vue pratique:

  • La non-reconnaissance ou valorisation de l’employé:
    suggestion 1: pensez à remercier votre équipe pour ses accomplissements et à souligner les bons coups. Utilisez des feed-backs positifs autant que possible. Ménagez vos employés. Éloignez le stress.
  • La non participation de l’employé à la décision ou à la tâche: suggestion 2: faites participer vos employés à la solution, donnez-leur un choix, laissez-leur une marge de manoeuvre. Ils vous donneront plus de résultats et vivront mieux la surcharge de travail.
  • La peur de perdre son emploi, de commettre une faute, de recevoir une sanction crée une véritable souffrance au travail. Il est difficile de relativiser une situation trop harcelante. Quand le travail devient trop prenant et crée un déséquilibre, le risque de faire une faute peut devenir trop lourd à gérer. Suggestion3: La communication, les relations interpersonnelles peuvent permettre de rassurer l’employé inquiet, d’encourager celui qui doute de son potentiel à respecter ses délais, accompagner celui à l’impression d’avoir les épaules surchargée.
  • la mauvaise gestion du changement: la restructuration, le changement de patron, le changement à venir est-il géré, accompagné par un professionnel? Trop d’entreprises prennent pour acquis que les employés vont s’adapter au changement sans en apprécier la portée humaine. Certes l’impact économique est important, mais le retour sur investissement du changement intègre-t-il la gestion du volet humain?
  • le manque de formation en développement du personnel  : c’est nécessaire d’habiliter les employés à apprendre à distinguer leur identité (qui ils sont), leurs actions et accomplissements (ce qu’ils font), leurs rôles et leurs styles (comment ils sont en action). En se connaissant mieux, ils connaitront leur zone de confort et leurs vulnérabilités. Ils apprendront à se protèger d’une situation qui pourrait leur faire perdre pieds.
  • Absence de responsabilité sociale de l’entreprise à l’égard de la gestion du stress: les employés et les cadres des entreprises sont-ils considérés comme des personnes importantes pour qu’on s’assure de leur bien-être. Pourquoi attendre des arrêts maladies, des invalidités ou des décès au travail par suicide pour se pencher sur la question.

Certes la compétition est présente, la réalité commerciale et environnementale des entreprises, rend le contexte de travail difficile. Il est temps de revenir à l’art de gérer des ressources humaines, de diminuer le stress pour le rendre acceptable, de communiquer puissamment avec ses employés afin qu’ils se sentent écoutés, considérés, participants au processus de décision ou tout au moins impliqués, et reconnus par leurs supérieurs.

Je souhaite vivement que la série noire des suicides au travail s’interrompe. En 2010, comment peut-on imaginer, que le mauvais management représente un tel coût humain! Un professionnel en management ayant des compétences en leadership organisationnel, aidera l’entreprise à changer de paradigme et à passer d’un modèle directif à un nouveau paradigme qui donnera de meilleurs résultats, où les employés seront heureux, impliqués, fiers et équilibrés.

Le gouvernement français a demandé un rapport sur le stress au travail, suite à la vague de suicides liés au travail pour apprécier le phénomène. Certainement des données statistiques permettront de déceler les causes, le problème et les solutions.

Que votre entreprise soit une multinationale avec de multiples projets complexes ou plus modeste, faites appels à un conseiller expérimenté qui accompagnera vos équipes et élaborera un plan d’action approprié pour améliorer le contexte de travail.

Souhaitez-vous partager sur une situation difficile à gérer? Faites-nous part de vos commentaires ou suggestions? Exprimez-vous librement sur ce blog.

Engagée à générer de la valeur durable !
Votre partenaire clé en management
Martine Chanier, MBA
Conseillère en management, Coach et formatrice
Agora Ressources d’affaires
Tél.: +1-514-342-4268
Twitter: http://twitter.com/martine_chanier